Raquette en Russie, l'interview de Pascal - Voyage

par Pascal Lluch0 commentairesOctobre 2016

Pascal Lluch organise depuis l'hiver 2016 des séjours originaux en Russie, en train & raquettes, sur le mode découverte Nature et Culture.

Ce voyage original mêle patrimoine et nature, à une période de très faible fréquentation. Le mode de vie en hiver à ces latitudes est un vrai dépaysement… Les aurores boréales, sont un plus !

Imaginez : à votre droite, la mer Blanche, qui se jette dans la mer de Barents ; à votre gauche, le nord de la Finlande. Au nord, Mourmansk. Et au dessus de votre tête le cercle arctique (66°33’) sépare la Carélie du nord et la péninsule de Kola, nos deux destinations...

Voyage en Russie, à raquette sous le cercle polaire : Interview de Pascal Lluch...

Comment t’est venue l’idée de ce voyage ?

Il est rare que l’on se souvienne exactement des circonstances. On va dire une vieille idée… Et surtout l’envie de toujours me décaler de ce qui se fait. Tout le monde va en Scandinavie, et cet hiver il y aura du monde…, eh bien je vais aussi loin au Nord, mais dans un autre monde, pourtant juste à côté, un peu à l’Est. Et ça n’a rien à voir. Ici, vous ne pouvez pas lire les panneaux, ni utiliser votre anglais. Vous êtes vraiment ailleurs ; nous sommes en Europe, sans y être. La présence d’une interprète culturelle parfaitement francophone, pratiquant aussi la montagne, apporte à votre voyage une dimension qui n’existe pas en Scandinavie.
Nous sommes donc deux, et vous êtes huit au maximum. Qui dit mieux ?

Comment as-tu monté ce voyage ?

Dès le départ, nous avons opté pour les déplacements en trains de nuit, très développés en Russie. Nous avions ainsi la possibilité de découvrir la Carélie et la péninsule de Kola. La Carélie, ce sont les grands lacs gelés, les villages en rondins et surtout les fameuses églises de Kiji, entièrement en bois, datant du XVIIème. Elles sont classées au patrimoine de l’Humanité, très visitées l’été en croisière. Nous y allons en raquettes, par le lac gelé, et y sommes (quasi) seuls… Ensuite une nouvelle nuit en train pour atteindre le cercle polaire, du côté de Mourmansk, pour une immersion nature. Les randonnées sont en étoile autour d’un refuge confortable.

En ajoutant jour par jour ce que nous voulions faire découvrir, nous sommes arrivés à 10 jours. Eh bien le séjour dure 10 jours. Pas question de le comprimer en 8. C’est un voyage, pas un formatage !

Ca se passe comment à bord des trains ?

Il y a 1400 km entre Saint Petersburg et la péninsule de Kola (Mourmansk), que vous aurez effectué à l’aller comme au retour en train de nuit, deux à l’aller, et une plus la demi-journée au retour. Nous sommes répartis en compartiments couchette, par quatre. Ce n’est pas très grand, mais c’est confortable et très propre. La literie est fournie.

Au même titre que le Transsibérien, les lignes de train vers le Nord ont permis la colonisation de vastes espaces soit impénétrables – la taïga, soit marécageux une bonne partie de l’année - la toundra. En Russie, les trains sont un sujet en soi, et nous l’aborderons.

A part le train, d’autres moyens de déplacements ?

Oui l’aéroglisseur sur le lac Oniéga, pour se rapprocher des églises de Kiji, la motoneige pour accéder au refuge, une randonnée non sportive pour rejoindre le refuge. Eh non vous ne conduisez pas ! Vous verrez, les Russes sont ingénieux…

On se doute que la météo grand soleil n’est pas garantie…

Si la météo n’est pas bonne, avec nous, vous aurez quand même découvert les églises en bois du XVIIème, été initiés à la pâtisserie carélienne, effectué des randonnées en raquette dans une contrée éloignée des flux touristiques, approché le mode de vie traditionnel et moderne de la Russie du Nord.

La mode est aux aurores boréales…

Méfiez-vous des séjours « Aurores boréales », certes c’est la mode, mais la météo n’a que faire de nos engouements… Si le ciel est bouché une semaine, qu’aurez-vous fait, qu’aurez-vous vu ?

C’est assurément la cerise sur le gâteau, mais nous ne voulons pas en faire un objectif, encore moins un produit d’appel. S’imaginer que les nuits arctiques rivalisent avec celles du Sahara est pour le moins un peu exagéré. Il faut une conjonction de chances : une météo bien dégagée et une aurore boréale. Vous pouvez très bien avoir l’un ou l’autre. En 2016, ce fut pour nous 50/50…
Mais la période et le lieu sont bien choisis, des sites donnent les statistiques.

Quid du matériel ?

Bien sûr il faut être bien équipé ; un peu comme en haute montagne chez nous ; mais nous sommes bien au chaud dès que nous ne sommes plus dehors. Regardez les images, les participants ne sont pas transformés en bibendum. Je passe beaucoup de temps avec chacun, avant le départ, pour conseiller. Je peux même prêter ou louer du matériel.

Notez bien que les raquettes sont sur place (des modèles français).

On dit que le réchauffement climatique est très sensible dans les régions arctiques ?

Oui, effectivement ; lors d’un repérage je suis même passé à travers la glace… une sorte de baptême sous le cercle arctique, comme on le fait en mer sous l’équateur ! Plus sérieusement, au-delà des implications géostratégiques, la période pendant laquelle nous pouvons effectuer notre séjour est assez courte. Avant mi-février la durée de jour n’est pas encore importante, et après fin mars, certains lacs peuvent amorcer un dégel de surface, peu pratique pour randonner.

Globalement, ces dernières années, les habitants ont constaté une augmentation des températures, l’air est plus humide et donc se forme une couche de neige parfois trop épaisse pour que les rennes accèdent aux lichens de la toundra. Il arrive aussi de plus en plus souvent qu’une croute de regel se forme, empêchant leurs déplacements. Ça vaut aussi pour les Hommes… Nous en parlons pendant le séjour ; au refuge je passe des films et documentaires.

Tu souhaites parler du prix de ce voyage…

Comparez ! Où peut-on aller dans le Grand Nord pour moins de 2000 €, et pour 10 jours qui plus est. Et comparons aussi les contenus, la diversité des découvertes, rencontres, modes de déplacements etc.

Le Rouble est bas, ce qui permet à un voyage contenant bien plus de prestations qu’un voyage en Scandinavie, d’être moins cher. Cela ne durera peut-être pas. Si le cours du Rouble remonte (levée des sanctions économiques européennes, remontée du cours du pétrole,…), je devrais augmenter le nombre de participants - ou le prix, mais ce que je ne souhaite pas.

A qui s’adresse ce voyage ?

A tous les randonneurs, même occasionnels, mais pratiquant une activité physique régulière. En 2016, des participants n’avaient jamais chaussé de raquettes. Nous n’empruntons pas de pentes raides, et j’adapte les randonnées à la neige comme à la météo. Au refuge, les boissons chaudes sont à volonté, et une petite restauration est servie au retour de la randonnée. C’est un voyage confort, et personne ne manquera de calories…

Un doute ? Il suffit de m’appeler, en soirée ou en journée !

Les commentaires des participants 2016 sont là

http://www.randopays.com/vos-commentaires/ #53 à 57

Saint Petersburg, une ville à découvrir ?

Certes ! C’est pour cela que nous proposons un module 2 ou 3 nuits, que vous pouvez ajouter avant ou après le voyage. Il faut le réserver à l’inscription, puisque vos dates de voyages seront modifiées, et donc vos vols.

Notons qu’il est possible de partir de quasi toutes les villes de province.

Qui train et refuge, dit livre…

Un auteur plutôt. Ce voyage, sans le vouloir, est un peu sur la trace de Mariusz Wilk, un Polonais de Solidarnosc en rupture qui « s’exila » en Russie. Il vécu aussi bien au bord de l’Oniéga en Carélie que dans la presqu’île de Kola, auxquels il consacra plusieurs ouvrages que je recommande.

Un autre point que tu souhaites aborder ?

Oui, il est nécessaire de s’inscrire tôt. D’abord parce qu’il n’y a que 8 places par séjour, et parce qu’il faut réserver les trains aussi tôt que possible, afin de ne pas être dispersés dans les compartiments du train, voire de ne plus trouver de place. Les places sont nominatives.

Les Russes utilisent beaucoup ce mode de déplacement nocturne.

C’est maintenant qu’il faut réfléchir à une éventuelle inscription, et se décider bien avant la fin de l’année. Poser une option est une bonne…option !

Voyage itinérant – 10 jours

Prix du séjour : 1980 €

Groupe : 8/9 personnes

Dates 2017

> Ven 17/02 au dim 26/02

> Sam 25/02 au dim 05/03 - programme 9 jours - 1880 €

> Sam 04/03 au lun 13/03


Jours de marche : 5,5 jours
Nuits en train : 3
Hôtels et cottages : 3
Nuits en refuge : 3
Niveau : modéré
Encadrement : Pascal Lluch Accompagnateur en Montagne, connaissant la Russie et Anastasia, guide interprète

Pas de portage !

Pascal Lluch

Les Matins du Monde en deuil. 
Nous sommes navré de vous informer du décès accidentel de Pascal Lluch, fondateur de RandoPays, survenu accidentellement sur l'île de Santo Antao au Cap Vert le 28 Novembre 2016. Vos témoignages à Pascal parviendront à sa famille et à ses proches si vous nous les envoyez.

Tous les départs prévus avec Pascal en 2017 seront assurés. Nous suivrons sa trace, nous marcherons dans ses pas. 

 


Commentaires

{@content_discussion}

Laisser un commentaire



Categories

Photostream

View more on Flickr

Recent tweets

Follow @travel on Twitter