Madagascar - Juin 2014, voyage et exploration d'une partie méconnue du Makay. - Voyage

par Sylvain Philip0 commentairesAoût 2014

Le plateau sédimentaire ruiniforme du Makay est composé de grès friable, il est aussi le prolongement septentrional du massif de l'Isalo. Le lent et inexorable travail du temps, quelques mouvements tectoniques aidés par l’écoulement des eaux ont patiemment érodé ces roches. De profonds canyons le découpent, le morcèlent et rendent tout cheminement plus compliqué.

Notre progression à pied nous a permis de nous imprégner d’une nature étonnante mais aussi d'une vie intense entre les villageois et les voleurs de zébus, les dahalo. 
Toujours en alerte, nous touchons la réalité d'un mal qui ronge Madagascar. 
Cependant, cette pratique traditionnelle reste une affaire locale, même si les enjeux dépassent la région. 
Le développement d'un tourisme à pied devrait permettre d'occuper l'espace, de limiter et d'en combattre de manière pacifique les effets néfastes.
 
Nous avons foulé les sables blancs au fond de gorges profondes. Les pieds dans l'eau limpide des rivières, notre progression a été rythmé par des réseaux de failles tectoniques toutes aussi singulières les unes des autres.
Ces géomorphologies spectaculaires et inextricables ont permis, au fond des canyons profonds, à des groupes d’animaux et de végétaux originels de se développer à l'écart du monde, au point d’enfanter de nouvelles espèces.
Les lémuriens sont très présents dans ces forêts isolées mais nous les apercevons plus que nous les observons, peu habitués qu'ils sont à toute présence humaine. 
Aux dires des pisteurs, il y aurait des Makis (hira) dans cette partie-là. Si cela est avéré, nous aurions découvert une ère de présence plus au nord que la répartition normale du Lemur catta. Le Maki catta (Lemur catta), est un lémuriforme appartenant à la famille des lémuriens, il est le seul représentant du genre Lemur. 
Autre découverte intéressante, des tessons de poterie ... ornés comme nous les connaissons en Afrique de l'Ouest. Les villageois ne connaissent pas la technique pour les fabriquer, ni pour les cuire. Alors, est-ce que ce sont des vestiges de peuplements néolithiques ?
 
Ici, les perroquets sont omniprésents, leurs cris résonnent dans ces longs couloirs. Quelques rapaces tels que les buses, milans et polyboroïdes rayés, planent au-dessus des montagnes. Les chauves-souris, gardiennes des lieux sortent à la nuit faire leurs rondes silencieuses.
 
Très prometteur, nous allons y retourner bientôt.
 
Sylvain | Les Matins du Monde

Sylvain Philip

Guide au long cours particulièrement dans les zones arides, consultant à mes heures, je suis aussi dirigeant d'entreprises
Arpenteur et défricheur, explorateur par nature, j’ai une attirance pour la mise en place d’expéditions, de logistiques complexes dans des zones difficiles. 
Après avoir créé et/ou dirigé des opétateurs touristiques aventures en France comme à l'êtranger, j'ai développé une stucture à Madagascar pour promouvoir des formes de voyages durables, faites de respect, de curiosité et de discrétion. 
Aussi, je préserve ma double activité de dirigeant d’entreprises et d’homme de terrain.


Commentaires

{@content_discussion}

Laisser un commentaire



Categories

Photostream

View more on Flickr

Recent tweets

Follow @travel on Twitter